Dossier : le cloud pour les nuls (1/5)

Chaque mois, je vais publier dans les colonnes de ce blog des articles traitant du cloud computing. Prochainement, je vous prépare un dossier sur les tablettes, mais sans plus attendre, je vous invite à un voyage la tête dans les nuages.

Les nuages sans la pluie

Quand on parle d’informatique aujourd’hui, il est un sujet que l’on ne peut ignorer : le cloud computing. Près d’un patron de PME sur 3 déclare connaître le sujet ; cela dit, en 2012, ils n’étaient que 5% à y avoir recours.

En détail, l’informatique dans les nuages est bien connue par 32% des entreprises de moins de 50 salariés (le chiffre grimpe à 43% pour les sociétés entre 50 et 100 salariés), uniquement 5 % d’entre elles et 15 % des PME (sans les TPE) déclarent utiliser un service cloud. Alors, le cloud : mode passagère ou véritable mouvement de fond de l’informatique moderne, durable et évolutif ?

(Les sources de cette enquête sont accessibles à l’adresse suivante)

En tous les cas, il parait clair que l’adoption du cloud computing par les PME françaises reste marginale. Nous allons donc essayer de faire la lumière sous un angle business sur les réalités de l’informatique dans les nuages.

Définition

Il existe plusieurs manières de définir le cloud computing. Rien que sur ce sujet, des milliers et des milliers de pages ont été écrites. J’ai récemment apporté ma modeste pierre à l’édifice dans un article publié dans le quotidien « Les Echos ». Je vous invite à lire l’analogie que j’ai réalisée entre informatique et investissement immobilier.

Pour faire court, dans l’article auquel je fais référence plus haut lorsque je mentionne l’enquête sur le cloud computing j’ai trouvé une définition assez simple mais finalement ramassée, concrète et assez juste. Le cloud computing est vu comme un moyen pour les entreprises d’avoir recours à des ressources qui se trouvent sur Internet dès qu’elles en ont le besoin, et ceci, bien sûr, sans aucun investissement initial (par exemple matériel ou logiciel), et en payant à la consommation (par exemple en fonction de la quantité de données stockées ou en fonction des applications utilisées).

J’ai par ailleurs réalisé 2 émissions de radio sur BFM Business traitant de ce sujet ; je vous invite à les écouter :

> Novembre 2012

 

> Avril 2013

 

Le mois prochain, nous poursuivrons ce dossier par : Le cloud : pour quoi faire ? Tour d’horizon des applications

Trackbacks pour cet article

  1. cloud computing : pour quoi faire | Le blog d'Enguerrand de Carvalho

Votre commentaire :