Digitalisation de l’économie, VOUS êtes concerné !!

L’économie est en train de changer ! Il faut vous le dire comment ? Avant, vous vous rendiez dans une agence de voyage pour préparer vos prochaines vacances ; maintenant vous le faites depuis votre ordinateur ! Ne vous méprenez pas, la digitalisation de l’économie concerne TOUS les secteurs, y compris le VOTRE !

On observe clairement une transformation de l’économie actuelle sous l’influence du numérique. Prenons un exemple simple : l’économie collaborative, qui oriente vers une consommation privilégiant l’usage à la propriété. Le consommateur se positionne comme un fournisseur de services, en partageant ses propres ressources.

En conséquence, chaque entreprise doit anticiper l’évolution de son marché et de ses concurrents. Les loueurs de voiture sont bousculés par Blablacar, le groupe Accor est sérieusement menacé par Airbnb, Netflix challenge Canal+, et Apple a tué Blackberry, Nokia et Alcatel. Et que dire de Kodak ? La consommation collaborative est partout : les conséquences des innovations technologiques sont accélérées par des consommateurs connectés, évoluant très rapidement dans leurs comportements d’achat.

Il est donc vital pour une entreprise d’apprendre en permanence à changer. Ces évolutions, qui peuvent parfois amener à la rupture, doivent reposer sur une culture forte du changement ; finalement, il est nécessaire de se donner les moyens de changer, d’évoluer. Ça, c’est pour la vision ; au niveau stratégiques, 4 domaines sont à surveiller :

  1. La productivité personnelle des salariés : celle-ci peut s’exprimer tant sur plan de la mobilité que du travail collaboratif
  2. La R&D pour améliorer son offre produit : innover, améliorer sa logistique, optimiser sa production
  3. La relation avec le client : communication, marketing, vente
  4. La gestion des compétences internes au niveau ressources humaines et gestion des connaissances internes

Au final, il convient de mettre en place un mode d’organisation en réseau au sein de l’entreprise ; celui-ci va agir comme un levier, et non comme un substitut aux organisations hiérarchiques actuelles. L’idée, derrière cela, est de fomenter des initiatives auprès des salariés les plus dynamiques et motivés.

Il s’agit de libérer l’entreprise pour donner du pouvoir à son actif le plus important : ses employés. Tandis que la direction s’attache à donner une vision stratégique et se porte garant de la culture de l’entreprise, et tandis que les DSI se doivent de moderniser les outils collaboratifs de l’entreprise, chaque salarié exprime sa créativité et se montre actif au sein des projets de l’entreprise.

Clairement, la transformation numérique, aussi appelée digitalisation de l’économie, sera, d’après moi, le terrain de jeu des dirigeants et des cadres supérieurs de demain, y compris au niveau des PME, et pas seulement au niveau des entreprises du CAC 40, qui elles, se sont déjà pourvues d’un CDO (Chief Digital Officer) à hauteur de 40% d’entre elles.

Développer des services numériques et intégrer l’influence d’Internet sur son marché sont 2 piliers de cette évolution du numérique. Attention également de ne pas oublier le pendant de cette transformation au sein même des équipes de l’entreprise !

Sur ce dernier point, l’implémentation de Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE) joue un rôle fondamental. En effet, il constitue le bassin culturel de l’entreprise et encourage l’expression d’usages émergents. J’ai déjà réalisé beaucoup d’articles dans ce sens sur mon blog.

Les réseaux sociaux d’entreprise (RSE) constituent une solution collaborative moderne et efficace pour assurer la communication entre les différents acteurs de l’entreprise. Une solution comme Yammer est de plus en plus répandue dans les entreprises, de toute taille.

En effet, le travail collaboratif est avant tout un état d’esprit et un RSE tel que Yammer est un accélérateur de synergies entre collaborateurs, créant une extra-ordinaire plate-forme d’échanges et de communication. On peut ainsi promouvoir l’émulation entre les équipes et soutenir les porteurs d’initiatives.

Le changement reste la valeur clé : il est vital qu’il soit une composante essentielle de l’entreprise.

 

Votre commentaire :